Un deuxième de mon petit frère Dédé



66

*´¨)
¸. •´¸. •´¨) ¸. •*¨)
(¸. •´ (¸. •´ (¸. •*´¯`*•>
 

 
 

 

Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 
De nombreux bateaux de pêcheurs quittaient le port

Sans se retourner ils prenaient leur destin en main

Ivres d’une aventure qui peut être sans lendemain

Les aventuriers de la mer sont des hommes forts

 

 
Les regarde partir comme un coucher de soleil

S’éloignant peu à peu au fil des vagues salées

Yeux rougis par tant de marées émotionnelles

Elle voit au loin les coques de noix s’éloigner

 

 
Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 
Infatigables navigateurs sur les mers

Ouvriers du jardin caché du dieu Neptune

Affronteurs courageux des tempêtes amères

Orpailleurs d’Océans aux trésors sans fortune

 

 
Revenir au bercail avec des victuailles

Rentrer au port en vie et avec le sourire

Sensation d’une mission accomplie sans mitraille

Repos du guerrier sans arme et sans soupir

 

 
Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 

Et même sur terre s’il y a des cimetières

Les abysses ne sont pas des cryptes de marins

Ils veulent vivre de leur métier et en être fier

Tous les hommes ne veulent pas prendre le même chemin

 

 
Comme dans une ronde sans regarder en arrière

L’humanité est liée par l’instinct de vivre

La conservation de l’espèce et des prières

Tout en laissant son ADN dans les livres

 

 
Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 
Elle attend là devant l’immensité fluide

Sur les rochers tenant la main du petit mousse

Comme le faisaient jadis les aïeux druides

Donnant aux enfants le sourire sur les frimousses

 

 
Elle sent arriver dans ses yeux des vagues bleues

Une marée forte d’images de baisers salés

L’amarrage du navigateur amoureux

Les bras ouverts comme des voiles autour d’elle serrés

 

 
Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 

Serrer contre son cœur l’âme du navigateur

Lui offrir la vision d’une rivière de bonheur

Effacer de la mémoire les larmes et les peurs

Il ne veut que la riche beauté de tes rougeurs

 

 
A posé sa main sur la rondeur de son ventre

Indiquant la naissance d’un soleil en son antre

Monta ses yeux au ciel comme pour le remercier

Heureux qu’un petit mousse devienne son héritier

 

 

Elle avait le regard fixé vers l’horizon

Comme si elle attendait l’arrivée d’un frisson

Mains jointes unissant ses doigts comme pour une prière

Ses yeux aux couleurs de vie regardaient la mer

 

 

 
*´¨)
¸. •´¸. •´¨) ¸. •*¨)
(¸. •´ (¸. •´ (¸. •*´¯`*•> D²

 


 

©" Poèmes... Po M… Po Aime… "
Toute reproduction totale ou partielle des images, des textes ou de l'apparence du site est interdite.



 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×