Cinquante ...

 

Je vous écris cette nuit de mon lit, insomnie

Je vous écris pour ce jour particulier for me

Celui qui, il y a un bout de temps, me vit naître

C’était déjà un dimanche où je mis le nez à la fenêtre

 

J’ai ensuite grandi dans mon petit village, Racrange

D’ailleurs là bas on m’appelle encore d’une façon étrange

Sans savoir pourquoi j’ai eu droit au rajout d’une particule

Jean devant comme mon frère aîné ?? explication ridicule

 

Je n’ai pas du tout cette sensation en dedans

Mais punaise cinquante ans ça fait mal aux dents

 

Ensuite la vie vous emballe, vous trimballe

Avant que vous n’ayez compris, vous bringuebale

La force ou le temps nous permettent de se relever 

De bien des tourments il nous faut vaincre et avancer

 

Même si parfois la tristesse nous accable de plus en plus

On a une heure pour monter dans le dernier bus

Il sera alors le moment de sonner l’angélus

De faire tinter les cloches pour ce Jacobus

 

Je n’ai pas du tout cette sensation en dedans

Mais punaise cinquante ans ça fait mal aux dents

 

Puis un jour on quitte le nid pour le sien

On est heureux avec trois fois rien

On en change car c’est notre tour d’être parent

Transmettre à son tour la vie comme présent

 

Faire de son mieux pour les rendre heureux

Etre juste avec eux, voir le bonheur dans leurs yeux

Les aider à grandir et se passer de nous

Afin qu’ils réalisent leurs rêves les plus fous

 

Je n’ai pas du tout cette sensation en dedans

Mais punaise cinquante ans ça fait mal aux dents

 

Un changement de direction qui mène à une séparation

Une grande décision pour une future amélioration

Et encore une fois les surprises ne manqueront pas

Je n’ai gardé que les vrais amis à coté de moi

 

Ma vie amoureuse connaît des hauts et des bas

Comme, hélas, beaucoup d’entre nous je crois

Pour autant je veux espérer que je vais la croiser

Que nul n’est besoin pour cela de prier

 

Je n’ai pas du tout cette sensation en dedans

Mais punaise cinquante ans ça fait mal aux dents

 

Comment ne pas parler de celle qui des années durant

C’est sacrifiée pour élever ses six enfants

Trois garçons et trois filles tous bien portants

Au nom de tous un gigantesque merci MAMAN

 

Si je vous donne l’impression d’être triste aujourd’hui

Ne vous y trompez pas, c’est juste de la mélancolie

Celle que l’on a, lorsque entouré de ces amis

On a une pensée pour ceux qui sont partis au paradis

 

Mais punaise cinquante ans, vous n’avez pas fini de voir mes dents

Car la meilleure manière de vous remercier, c’est en souriant

 

 

 

© " Poèmes... Po M… Po Aime… "
Toute reproduction totale ou partielle des images, des textes ou de l'apparence du site est interdite.




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×